Brigitte

Brigitte les agace.

Bourgeoise fardée, guindée, un peu pincée, si bien fringuée. Sa vision les insupporte, le regard qu’elle leur porte, de là-haut, de si haut, tout là-haut.

Talons aiguilles sous ses béquilles, jugées parfaites par la tapette. La jeunesse qu’elle arbore, dans sa blondeur et dans son corps, à l’intérieur comme au dehors, choix assumé non sans effort. Réussite insolente, intolérable, inavouable, aux référents des grands enfants.

Alors ils hurlent, ils vocifèrent, à corps à cris, mais sans repère. De l’homme vert, veulent la tête, tel autrefois, sous Robespierre. Les rois les reines, même galère, ni Dieu ni maître sur cette terre. Crient misère, auront la guerre, s’ils persévèrent et ne tempèrent.

Les rois les reines, même galère, à bien y plaire, plutôt la Reine.