Desseins obscurs

Chasse aux sorcières d’un nouveau temps. Sous couvert de justice, de liberté, les belles se déchaînent, exigent des têtes. Tant pis si cela sent l’opportunisme, le règlement de compte à plein nez. Le manichéisme est désormais affiché. Les exécutions publiques sont diffusées, à l’aveugle, sans réel souci, de vérité. On réseaute, on twitte, on discourt, on dénonce, le monde entier, pour quelques porcs, disséminés. Bien fait pour eux, et pas qu’un peu, depuis le temps, ils le méritent. Quant à vous autres, tous les autres, gare à vos mots, gare à vos gestes, vos regards beaux, vos verbes lestes. Adieu romance, plus une chance. La bête, animale, écervelée, est désignée. Cible affichée, de pures créatures, tellement pures, aux beaux desseins, parfois obscurs.

Amitié

La véritable amitié se mesure à l’aune de la difficulté, dans les moments de désaccord, lorsque les opinions divergent et que la relation l’emporte sur l’ego. Sans cela, tout n’est que poudre aux yeux, peur de la solitude.

Gatwick

Des milliers de personnes bloquées, en attente d’un avion. La fin du monde pour quelques moustiques virevoltant dans les airs. Symbole d’une civilisation tombée sur la tête. Des foules immenses prenant l’avion comme on prend un taxi, pour se rendre au bout du monde, avant d’en revenir, sans même savoir vraiment pourquoi. Cette occupation permanente, cette agitation reconnue comme la norme me laisse perplexe. Aucun recul pour une génération que le moindre écueil dans la recherche du plaisir immédiat semble faire s’effondrer. Je redoute les privations à venir.