Extinction des lumières

  
Si le Soleil venait à s’éteindre
Nous n’en serions pas conscients
Nous continuerions à vivre
Comme si de rien n’était
Occupés à nos discussions, à nos colères, à nos amours
Pour un temps,
Pour un temps seulement
Huit petites minutes
Additionnées d’un souffle
Pendant lesquelles il nous serait permis
De continuer
De croire
En nos illusions
Avant que tout ne s’éteigne
Tout ne serait alors que nuit d’encre
Silence glacé
Hormis nos hurlements
Face à la disparition
De Dieu
Combien de temps nous resterait-il
À vivre
Un sursis
De quelques jours
Quelques semaines
Peut-être plus
Et puis plus rien
Le vide
Le silence
La nuit
Eternelle