Feuilles de vie

Je vois la vie, tel un grand livre, dont chaque page serait une aube.

Matins et soirs, instants à vivre, visions restreintes en portes closes.

Feuilles volantes, lues sans distance, une par une, sans cohérence.

De mots s’emmêlent, vides de sens, grains d’existence, sans pertinence.

/ De cécité me sang vénère – Vue en rétro machine arrière /

M’affranchis du présent, vers ces instants d’avant

Pour percer les mystères, apaiser les souffrances

Pardonner mes errances

Dans les pages me perds, tourbillons sans repères

Les blessures d’antan, ne sont plus à présent

/ Impénétrables caractères – Antiques sont pris à revers /

Tentation d’abuser, vers l’avant me jeter

Voir l’issue du voyage, éviter le carnage

Les faux-pas, les mirages

Quatrième couverture, ce berceau des plus sûrs

Abrégé réducteur, sans vécu, sans saveur, ce bouquet de la peur

/ Futile danse, folles errances – Dans l’abandon goûte le sens /

De ces précieux instants,

Ecrits en chaque page, mot par mot sans ambages

Monotones langueurs, de ma vie le moteur

Ce sentiment étrange, me jeter dans la fange

Assoiffé d’existence, revendique l’essence

Des griffes d’un présent, à mordre à pleines dents